?php echo do_shortcode( '[breadcrumb]' ); ?

Il y a encore quelques années, la posture idéale du recruteur était aux antipodes de celle actuellement préconisée. En effet, le recruteur devait savoir faire preuve de retenue, voire même de froideur, pour être considéré comme un bon recruteur.

Figure intimidante pour le candidat, le recruteur idéal devait, dans ce contexte, éviter au maximum de laisser transparaitre ses émotions ou ses sentiments, afin, disait-on, de ne pas biaiser le recrutement et, surtout, laisser les mêmes chances à chaque candidat de pouvoir se valoriser dans un cadre de recrutement fondamentalement identique.

 

Heureusement, en 2020, cette posture du recruteur a fait son temps, pour le plus grand bien des candidats et des entreprises qui recrutent ! Car recruter sans générosité, sans nouer de lien d’empathie, revient finalement à couper la communication entre le candidat et le recruteur : Or, c’est dans cette communication ouverte que le candidat saura révéler le meilleur de lui-même, et que l’entreprise pourra développer aux yeux du candidat son attractivité.

 

Qu’est-ce que la générosité ?

« On gagne sa vie avec ce que l’on reçoit, mais on la bâtit avec ce que l’on donne » Winston Churchill

Cette merveilleuse qualité consiste à faire preuve d’altruisme, et à dépasser ses intérêts personnels pour aller considérer le bien-être d’autrui.

Certes nous sommes dans une société capitaliste où les relations sont fondées sur le donnant-donnant, mais alors pourquoi parler de générosité dans le cadre professionnel, et plus particulièrement dans le recrutement ?

 

Le recrutement et la générosité ?

Recruter est un service qui démarre par la mise en place d’un cadre (contractuel), mais une fois celui-ci posé, le recruteur devra avoir un double objectif en ligne de mire, celui de satisfaire le client mais aussi le candidat. Il s’agira alors de dissocier la relation humaine de la dimension financière pour être dans une posture bienveillante et ce, avec les deux parties, en prenant garde au respect d’une certaine éthique pour ne pas être en conflit d’intérêts.

En effet, l’objectif du recruteur ne doit pas être de boucler son dossier en poussant ses candidats ou encore en survendant au candidat l’entreprise. La qualité du conseil impose une impartialité qui doit dépasser ses intérêts personnels.

 

Peut-on encore recruter sans générosité ?

 

Le profil des candidats a profondément évolué en quelques années : l’arrivée de la génération Y sur le marché du travail, et celle, imminente, de la génération Z, ont transformé les attentes des candidats vis-à-vis des recruteurs.

L’époque du recruteur qui n’avait de compte à rendre à personne mis à part à sa hiérarchie est désormais révolue : les candidats évaluent la qualité d’une entreprise et les conditions de travail qu’elle offre dès l’entretien de recrutement. Une mauvaise posture du recruteur peut ainsi facilement vous faire passer à côté du candidat idéal !

De même, le développement du digital, et notamment l’essor des réseaux sociaux, ouvre une fenêtre sur ce qui, autrefois, restait confiné dans le bureau du recruteur. Sur LinkedIn, par exemple, de nombreux candidats n’hésitent plus à poster des compte-rendu de leurs entretiens de recrutement, et pointent souvent la posture défaillante du recruteur. En tant qu’entreprise, vous ne pouvez-vous permettre de laisser une mauvaise publicité pénaliser votre marque employeur.

 

Privilégiez l’empathie lors de vos recrutements !

 

Mais bien plus qu’une seule posture, privilégier la générosité et l’empathie dans vos recrutements va leur conférer une nouvelle dimension. En privilégiant, vis-à-vis des candidats, une attitude ouverte et disponible, vous allez ouvrir un espace de communication dans lequel pourront s’exprimer librement les émotions des candidats.

Cet espace, propice à l’expression de la personnalité des candidats, doit être perçu comme un espace de don, dans lequel l’entreprise offre une véritable perspective d’accomplissement de soi. Au cœur de cette perspective, le candidat pourra se révéler : montrer le meilleur de lui-même et démontrer son adéquation tant au poste proposé qu’à l’entreprise qu’il envisage de rejoindre.

Cela passe, bien entendu, par un véritable travail d’empathie de la part du recruteur : cette soft skill, autrefois mise au placard, est désormais déterminante chez les personnes en charge de mener les entretiens de recrutement.

 

Et si on décidait d’étendre cette empathie et cette générosité à nos clients ?

 

D’ailleurs, ce choix de privilégier l’empathie et la générosité dans ses recrutements n’a pas, au sein de l’entreprise, que des impacts au niveau des ressources humaines : cette approche a des répercussions sur toute l’organisation, jusqu’à transformer en profondeur la qualité de la relation que l’entreprise entretient avec ses clients, ou encore ses prestataires.

Dans un mode de plus en plus ouvert, et dans lequel les nouvelles technologies ont aboli les distances entre les individus, la bienveillance est devenue la condition sine qua non de toute forme de relation humaine.

Ce changement d’attitude dans les entreprises constitue, d’ailleurs, un enjeu stratégique de leur transformation digitale. Mais qu’y a-t-il de plus beau que de véritablement travailler à comprendre les besoins de nos clients, plutôt que de leur imposer des solutions de force, de travailler avec eux dans une relation de confiance et de partenariat, dans les moments de joie autant que dans les moments difficiles ?

Ce sont, en tous les cas, les valeurs qui guident notre action au quotidien.

 

 

Vous avez tout à gagner à transformer en profondeur votre savoir-être lors de vos entretiens de recrutement, pour aller vers plus de générosité et d’empathie : non seulement vous recruterez de meilleurs candidats, mais vous contribuerez au rayonnement de votre marque employeur.