?php echo do_shortcode( '[breadcrumb]' ); ?
11 conseils pour recruter sur Instagram

11 conseils pour recruter sur Instagram

En 2016, les recruteurs ont compris l’importance d’investir les réseaux sociaux pour attirer l’attention de nouveaux candidats. Les réseaux sociaux rassemblent des communautés ayant leurs propres codes et des attentes très spécifiques que les recruteurs doivent respecter s’ils veulent rentabiliser leurs efforts.

Instagram est une communauté construite sur le Storytelling visuel. Cette plate-forme rassemble une communauté de 400 millions d’utilisateurs, soit 100 millions de plus que Twitter.  Pour les recruteurs, c’est donc un puissant canal de communication vers des candidats potentiels. Instagram permet de raconter visuellement l’histoire de son entreprise, de cultiver sa Marque Employeur et d’attirer des futurs Talents.

Cet article vous donne les 11 règles à respecter pour recruter efficacement sur Instagram. Pour le lire dans son entièreté, cliquez ici.

1 – Instagram est un pass backstage dans les coulisses de votre entreprise

C’est peut-être le commandement le plus important. Montrez ce qui se passe derrière le comptoir, vos employés sur leur lieu de travail et les événements importants. Vous devez proposer à vos utilisateurs des choses qu’ils ne voient ni dans leur quotidien ni dans les médias traditionnels.

Exemples : Microsoftlife, Yelp, Ab Inbev BestBeerjob

2 – Partagez des expériences visuelles fortes

Les utilisateurs Instagram recherchent des expériences visuelles fortes. Sélectionnez des photos capables de capter le regard de votre audience.

Exemples : GeneralElectric, Google Canada

3 – Less is more

Gardez tous vos postes simples. A l’image de l’environnement d’Instagram, gardez vos commentaires succincts et épurés . Évitez de polluer votre post avec trop de #.

4 – Ajoutez les Hashtags clés et les localisations

Utilisez des # génériques et d’autres plus # spécifiques. Plus vous serez spécifique, plus efficace sera votre acquisition de talents. Ajoutez aussi votre localisation !

Exemples : Ayarnstory, Ab Inbev Bestbeers, Etasty Liquids

5 – Ne vendez pas !

Le but est de proposer une expérience qui dépasse la simple relation commerciale. Le but de votre compte est d’attirer vos talents et les plonger dans l’univers de votre Marque Employeur. C’est votre priorité.

6 – Ajoutez les témoignages de vos employés

Exemples : Ab Inbev Bestbeerjob, Sncb, Armee2Terre

7 – Interagissez avec votre communauté

Instagram en soi n’est pas un outil de recrutement dans le sens où il ne vous permet pas de chercher des talents. Cependant, il permet de parler, de communiquer avec des chercheurs d’emplois et des candidats passifs.

Lorsque vous répondez à des commentaires, identifiez les grâce à leur @compte. Likez leurs commentaires. Réagissez. Soyez présent. Vous devez jouer un rôle actif sur votre page pour créer efficacement, et durablement, de l’engagement.

8 – Assurez-vous que la marque soit toujours présente sur vos images et dans vos vidéos

Trouvez le logo Yelp.

9 – Mobilisez vos employés !

N’hésitez pas à mobiliser vos employés sur Instagram. Commencez par les informer de l’existence de la page Instagram et de son but. N’hésitez pas aussi à les mobiliser pour partager votre contenu.

10 – Soyez dynamique !

Faites vivre votre compte et engagez votre audience. Demander à votre audience de partager des photos avec des # uniques. Lancez des concours. Posez-leur des questions.

Exemple : Nivea

11 – Distribuez !

Distribuez vos images et vidéos Instagram sur votre site (exemple : suivez-nous sur Instagram « découvrez l’équipe sur le terrain ») et sur les autres réseaux sociaux.

Ne laissez pas vos posts dormir sur Instagram. Partagez, partagez et repartagez ! Vous pouvez aussi mobiliser tous vos employés pour qu’ils les partagent.

Conclusion

L’E-recrutement se répand et les entreprises n’ont plus fini d’innover pour attirer des potentiels candidats. Instagram et tous les autres réseaux sociaux constituent des canaux de communication dont il faut respecter les codes pour obtenir des résultats. Utilisez ces 11 règles pour cadrer vos initiatives !

LA RÉVOLUTION BLOCKCHAIN EST EN COURS DANS LE DOMAINE DU RECRUTEMENT

LA RÉVOLUTION BLOCKCHAIN EST EN COURS DANS LE DOMAINE DU RECRUTEMENT

Apparue en 2008 avec le Bitcoin, une monnaie cryptographique, la notion de Blockchain (chaîne de blocs) s’étend doucement à d’autres domaines. Décentralisé, verrouillé et infalsifiable, ce système de registre public garantit l’authenticité de toutes les transactions. Aujourd’hui, découvrez comment la révolution blockchain est en cours dans le domaine du recrutement.

La Blockchain appliquée au recrutement

Tel un grand livre comptable numérique, la Blockchain permet de stocker et transmettre des données digitales de manière décentralisée, inviolable et parfaitement sécurisée. Le principe est simple : les données (publiques et encryptées) sont réparties entre plusieurs éléments du réseau, sans qu’aucun ne les ait toutes. Preuve de cette fiabilité, environ 300 000 transactions en bitcoins ont lieu chaque jour, pour un montant total de plus de 2 milliards de dollars. Figurez-vous que le concept de Blockchain s’applique aussi au recrutement ! En effet, la chaîne de blocs rend accessibles toutes les informations sur les employeurs et les candidats :

  • Les recruteurs ont accès à de nombreuses informations sur les profils des personnes (expériences, compétences, diplômes, performances professionnelles, portfolio, pratique sportive, antécédents judiciaires, etc.).
  • Les candidats obtiennent des données sur les employeurs (turnover, santé financière, historique, engagements caritatifs, affaires judiciaires, etc.).

Comme avec le Bitcoin, ces informations sont décentralisées en ligne et globalement verrouillées.

Plus de transparence dans les relations

Ainsi, la Blockchain entraîne une grande transparence des informations en matière de recrutement. Sur Internet, les données – positives et négatives – sont à portée de clic ! Ce phénomène crée donc de facto une relation de confiance entre les entreprises et les candidats. Grâce à la Blockchain, les différents acteurs du processus de recrutement sont authentifiés. Et puisque les données des uns et des autres sont libres et vérifiables, inutile de mentir.

Les maillons immuables de la Blockchain

Par ailleurs, la Blockchain est alimentée par différentes sources qui créent ses maillons. Et la plupart des éléments publiés sur la toile s’avèrent ineffaçables. Ces traces indélébiles comprennent notamment :

  • Vos publications (texte, photo, vidéo, audio) sur un site corporate, un blog, des réseaux sociaux, des forums, etc. Même supprimées, il peut subsister des traces numériques.
  • Vos interactions, commentaires et même messages privés. Souvenez-vous de la fuite des messages privés sur Facebook en 2012 !
  • Les informations publiées sur vous par des tiers (université, précédents employeurs/employés, journaux, organismes de conférences, etc.). Vous avez d’ailleurs peu de pouvoir sur ces publications…

Des précautions nécessaires

Évidemment, avec un système aussi pérenne et ouvert que la Blockchain, vous devez redoubler de précautions pour maîtriser votre image digitale, part importante de votre marque employeur. Candidats comme employeurs doivent donc veiller à ce qu’aucune information compromettante ne circule à leur sujet et soigner leur image numérique. Voici quelques outils pour vous aider à authentifier les données :

  • Acclaim délivre des badges certifiant compétences ou accomplissements professionnels.
  • Humanyze aide à mesurer et partager la performance des employés.
  • Glassdoor permet aux employés et candidats de noter un employeur.

Avec la Blockchain, plus que jamais, la digitalisation du recrutement et l’importance d’une bonne marque employeur doivent impérativement être gérées au mieux.

Recruter via Snapchat : une méthode florissante !

Recruter via Snapchat : une méthode florissante !

Aujourd’hui, de plus en plus de jeunes utilisent snapchat dans la vie de tous les jours et en réalité, ils ne sont pas les seuls ! En effet, dans le monde professionnel, de nombreuses entreprises ont fait le pari de recourir à ce nouveau réseau social dans l’unique but de recruter. Mais concrètement, comment s’y prennent-elles ? Explications !

Une nouvelle facette du recrutement !

Depuis quelques temps, on ne parle que d’eux : au cours des repas, à l’université ou bien encore au sein de l’entreprise. Il convient de préciser que sur Twitter, Instagram ou encore Snapchat, on passe le temps, on se lance des défis, on raconte notre journée, mais pas seulement ! En effet, les marques ont déjà investi les différents réseaux sociaux et applications en pleine croissance pour se mettre en valeur et dans la tendance.

 

Notons qu’aujourd’hui, ce sont les recruteurs qui s’y mettent ! Et ces derniers ont bien raison !

Tout d’abord, il est primordial de préciser que certaines entreprises ont demandé à leurs collaborateurs d’alimenter quotidiennement le compte snapchat de l’entreprise dans l’unique but de donner envie aux utilisateurs de rejoindre l’entreprise. Pas si bête ! On parle actuellement d’une nouvelle méthode de recrutement ! Néanmoins, est ce que cela va durer ?

Précisons également qu’en 2016, Netflix proposait une offre d’emploi par le biais du réseau Instagram. Et Cette méthode a fonctionné !

Par ailleurs, selon une enquête récente, Snapchat est vraisemblablement l’outil idéal pour montrer la créativité du recruteur !

Attention : Il est important de préciser qu’il existe à ce jour très peu de chiffres ou de données concernant l’utilisation de Snapchat en matière de recrutement ! C’est donc une affaire à suivre dans quelques temps…

Les avantages d’une telle utilisation !

L’avantage premier de cette nouvelle méthode de recrutement est de faire connaitrel’entreprise à un public plus large que celui qu’elle touche habituellement. En effet, ces dernières utilisent ce réseau non seulement dans le but de montrer le cadre, ainsi que les habitudes de travail mais surtout les valeurs qu’elles dégagent.

Notez-le : Snapchat est un bon moyen pour montrer sa culture d’entreprise et les collaborateurs en sont les meilleurs représentants !

Ce réseau permet de filmer les collaborateurs quotidiennement au travail pour donner envie aux utilisateurs et surtout leur permettre d’intégrer éventuellement l’entreprise. C’est le cas par exemple d’Axa Banque qui utilise Snapchat dans l’unique but de recruter ! En effet, plutôt que de décrire l’entreprise, il est plus judicieux de la montrer !

D’une manière générale, utiliser des stories via Snapchat pour diffuser des offres d’emploi est certainement un très bon mode de communication ! Il est également possible de passer directement son entretien d’embauche à distance en vidéo. En effet, le candidat se filme en train de répondre à l’ensemble des questions. Un gain de temps assuré !

Notez-le : précisons tout de même que Snapchat est le troisième réseau social le plus utilisé par la génération Y et Z.

Vers la construction d’une véritable stratégie de recrutement ? Pas si sûr !

Le recrutement via le canal Snapchat peut aussi être un moyen pour les entreprises de montrer que ces dernières peuvent prendre le tournant de la transformation digitale,et donner l’image d’une entreprise jeune et dynamique, et cela, quelque soit le secteur d’activité.

De plus, il convient tout de même de préciser que les projets de digitalisation ont un impact très fort et positif sur les ressources humaines. D’ailleurs, il semblerait que les entreprises semblent faire de plus en plus confiance à ce nouvel outil de communication pour dénicher les meilleurs potentiels.

Même si l’irruption de Snapchat dans le domaine du recrutement n’est pas brutal, son arrivée contribue à cette phase de « digitalisation » de certains processus de recrutement, et ce non seulement au sein de milieu du numérique.

De toutes les manières, si Snapchat souhaite se faire une réelle place dans ce secteur, il va devoir changer son image d’un réseau présentant des stories divertissantes ! Et cela n’est pas chose facile !

De plus, se faire connaitre n’est pas le seul enjeu, il faut impérativement alimenter le compte quotidiennement. Il faut donc prendre le temps de le faire !

Notez-le : Le recrutement par le biais de ce réseau social est productif si l’entreprise recherche des talents de la génération Y.

Pour de nombreux DRH, Snapchat ne remplace tout de même pas le travail du « recruteur » ! Affaire à suivre…

Yasmine BELHO

Devenez un as de LinkedIn

Devenez un as de LinkedIn

Devenez un as de LinkedIn

Développer son réseau, publier des posts, créer un groupe… Que vous soyez néophyte ou avancé, ce mode d’emploi du plus grand réseau professionnel est fait pour vous.

Il faut vous faire à cette idée : même si vous ne tweetez pas, même si vous refusez toujours farouchement d’avoir un compte Facebook, vous ne pouvez plus faire l’impasse sur les réseaux sociaux professionnels, en particulier LinkedIn. « Ah, mais je suis sur LinkedIn ! », objecterez-vous. Sans doute, comme vous êtes également dans l’annuaire du téléphone, pour ce que cela vous apporte… N’en doutez pas : s’il compte désormais plus de 500 millions de membres, c’est que LinkedIn doit avoir une certaine utilité, qui vous a peut-être échappée jusque-là. Depuis le rachat de LinkedIn par Microsoft en décembre 2016, le site s’est enrichi de nouvelles fonctionnalitéstrès utiles dans les situations suivantes.

1. Je veux m’ouvrir à une opportunité de carrière

Que ce soit par prudence (qui sait de quoi demain sera fait) ou par ambition (je suis un expert dans mon domaine et je veux que cela se sache), LinkedIn vous permet de vous faire remarquer et de vous faire chasser, le cas échéant. A condition de suivre ces trois principes :

– Développez votre réseau : non pour montrer à quel point vous êtes populaire, mais pour être remarqué par le plus grand nombre, en particulier quand vous commencerez à publier. Ne le faites pas n’importe comment, en acceptant toutes les invitations qui vous parviennent, surtout si elles émanent d’inconnus, mais de façon raisonnée : ciblez des contacts dans votre spécialité (RH, systèmes informatiques…) ou dans votre domaine d’activité (équipementiers automobiles, cosmétique de luxe…), qui soient au moins de votre niveau de responsabilité.

Dans le secteur de la monnaie virtuelle au Mexique, un client avait pour objectif de retrouver un poste de « country manager » en Amérique du Nord ou en Asie.  Son développement réseaus’est orienté vers trois axes : contacter les chasseurs de têtes et les RH dans l’IT et les services, les dirigeants membres du réseau « Conseillers du commerce extérieur » et les anciens élèves de son MBA. Résultat, en trois mois, il a obtenu cinq entretiens Skype et deux offres pour lesquelles il a été retenu. Pour la première, il est allé en finale et pour la deuxième, il a finalement signé un contrat. Il a alors décroché un poste basé en Asie, comme il le souhaitait.

– Inscrivez-vous dans des groupes : ciblez ceux qui peuvent vous être utiles en fonction de vos objectifs, et soyez-y actifs en participant aux discussions intéressantes. Ainsi, vous vous ferez connaître puis reconnaître. Faites-le avec discernement, pas comme ce photographe professionnel vivant au Mexique, spécialisé dans la photographie d’œuvres d’art, qui faisait partie de tous les groupes de photographes et qui s’étonnait que cela ne l’aide pas dans sa recherche de nouveaux clients. Changement de tactique : il s’est inscrit dans des groupes de conservateurs, directeurs, gestionnaires de musées… Deux mois plus tard, il signait les photos de l’exposition de Anish Kapoor à Mexico (lire aussi l’article : « Apprenez à aimer le réseautage »).

– Publiez sur des thèmes pointus : vous êtes expert dans votre domaine, faites-le savoir. Non pas en publiant à tout va, à cadence élevée, mais trois ou quatre fois par an, sur des thèmes pointus, vous permettant de faire connaître votre expertise.

2. Je voudrais trouver un autre emploi à court terme

La démarche est un peu différente dans ce cas : avant de mettre en œuvre les trois préceptes ci-dessus, qui restent essentiels, il est indispensable de commencer par un travail personnel approfondi sur vos réalisations (comment voulez-vous bien vous vendre si vous-même n’avez pas conscience de vos points forts ?) et sur vos aspirations (quel domaine d’activité ? A quelle position? En France ou à l’étranger ?). Nous sommes rarement les mieux placés pour nous juger nous-mêmes : faites-vous aider par un collègue, un ami, ou mieux, par un professionnel neutre.

– Rédigez votre profil : gardez en tête l’objectif précis que vous vous êtes fixé. Ne croyez pas que c’est une formalité : de la photo que vous choisirez à la façon de formuler vos réalisations, le nombre et la qualité de vos recommandations, les groupes dont vous êtes membre… tout compte! Sachez que de plus en plus d’entreprises font de la « talent acquisition » grâce à des moteurs de recherche, paramétrés pour sélectionner les profils comportant des mots-clés bien précis. Si votre profil ne les contient pas, ou n’en contient pas assez, il ne ressortira jamais.

Cherchez sur LinkedIn des profils similaires au vôtre et inspirez-vous de la façon dont ils sont conçus. Si vous visez la Silicon Valley, adoptez le style et le vocabulaire en vigueur localement, qui n’a rien à voir avec celui des biotech en France, par exemple. Chaque pays a sa vision des affaires, à vous de vous adapter. A titre d’exemple, voici les mots-clés utiles pour un poste de chef de projet computer vision / deep learning : computer vision, machine learning, deep learning, color science, digital image processing, networking, processing lighting, C/C++, C#, MatLab, image processing toolbox, firmware, automation, complex project management, team player, multicultural experience, mobility, French, English, Spanish…

– Recherchez des offres : vous savez ce que vous voulez, vous savez où vous aimeriez aller, votre profil est affuté… Il ne vous reste plus qu’à chercher (lire aussi la chronique : « Optimisez votre recherche d’emploi grâce aux réseaux sociaux »). Allez dans la section « emplois » et commencez par étudier les propositions que vous fait LinkedIn en se basant sur votre profil. Vous n’y trouvez pas votre bonheur ? Procédez à une recherche manuelle. Pour dénicher l’offre qui vous convient parmi les plus de 11 millions d’emplois proposés (chiffre relevé au 1er octobre 2017), il va falloir cibler, en sélectionnant les critères qui vous intéressent. Voici les principaux filtres à votre disposition : fonction, niveau d’expérience, localisation géographique, domaine d’activité, compagnie cible. Soyez patient, faites varier tous les filtres, élargissez ou restreignez votre recherche, et retournez-y souvent (l’actualisation est permanente).

3. Je veux me tenir au courant de l’actualité de ma branche

Les fonctions « push » de LinkedIn s’étant considérablement développées, le réseau est devenu une excellente source d’informations utiles, si vous savez en gérer le flux ! Sans discipline, vous serez rapidement envahi par une masse d’informations inintéressantes, qui va rapidement vous lasser.

– Rentabilisez votre réseau, en le rendant vraiment utile à vos objectifs. Vous l’avez déjà constaté, nombre des publications qui s’affichent sur votre mur n’ont aucun intérêt réel. Pour y remédier, trois actions indispensables. D’une part, bloquez les posts des relations qui ne vous sont pas directement utiles (votre beau-frère, vos amis de lycée, votre médecin…). Pour cela, cliquez sur le bouton « ne plus suivre » présent à droite du titre de chaque post. Ensuite, nettoyez votre réseau, en supprimant les relations sans réelle utilité, et bien entendu en refusant les invitations de membres peu pertinentes.

Enfin, enrichissez votre réseau en lançant des invitations ciblées, sur le seul critère de leur utilité pour vous. En procédant ainsi, vous éviterez que votre mur (page d’actualité de votre réseau) soit parasité par des informations qui ne vous concernent pas. C’est fait ? Savourez désormais le fruit de ce travail de recentrage, et découvrez l’actualité qui va réellement vous servir : lancement de nouveaux produits par vos concurrents, participants aux congrès de votre domaine d’activité, recrutements en cours, arrivée de nouveaux acteurs, ouverture de filiales…

– Ciblez les entreprises qui vous intéressent : vos concurrents directs, bien entendu, mais pas uniquement. Ainsi, des entreprises hors de votre domaine mais en pointe en matière de communication, de RH, d’approche du business, peuvent vous inspirer utilement. C’est souvent le cas de start-up déjà bien structurées ou d’entreprises de la tech. Souvent très actives sur les réseaux sociaux, certaines publient régulièrement des analyses de leur propre cas et des success stories à méditer. C’est aussi le cas d’entreprises plus installées, comme La Maison du chocolat, qui publie souvent des posts sur ses créations. Ou encore BlaBlaCar, qui partage des vidéos, des articles de presse, des interviews, des avis d’utilisateurs…

– Positionnez votre entreprise : créer sa page entreprise sur LinkedIn, c’est déjà un début de positionnement. Confirmez son identité par son logo, utilisez le même graphisme que sur votre site Internet (sans oublier de créer un lien vers ce même site), soignez votre texte de présentation et encouragez vos employés à s’inscrire en tant que followers.

Peut-être pensez-vous que cette forme de communication est risquée, et fournit trop d’informations à vos concurrents ? C’est une double erreur : d’abord parce qu’il vaut mieux organiser soi-même sa communication plutôt que de laisser des sources non contrôlées s’en charger. Ensuite parce que vous sous-estimez l’impact que peut avoir une communication juste et forte sur les candidats potentiels qui vous suivront : à terme, vous aurez plus de choix pour recruter. Dans le domaine des cosmétiques, L’Occitane en Provence, par exemple, mêle habilement informations sur la marque et appels à candidature. Dans le domaine des semi-conducteurs, l’entreprise japonaise Hamamatsu propose sur sa page LinkedIn une veille d’actualité, qui lui permet de s’imposer en tant qu’expert.

– Lisez régulièrement l’information qui arrive directement sur votre mur, sans cesse mise à jour. Cela doit devenir un réflexe quotidien. Pensez à partager les informations les plus intéressantes à votre propre réseau, c’est une excellente façon de générer du trafic, de vous rendre plus visible et, à terme, de vous positionner comme expert.

4. Je veux consolider ou développer mon activité

L’intérêt commercial de LinkedIn est souvent méconnu, pourtant il est réel, comme le démontrent ces deux exemples :

– Vous n’avez pas les moyens de rendre visite régulièrement à vos clients, mais vous voulez garder le contact avec eux ? Créez un groupe privé. Donnez-lui un nom évocateur, veillez à cocher la case « groupe privé », puis invitez vos clients à en faire partie. En tant qu’administrateur du groupe, il ne vous reste plus qu’à publier régulièrement les informations que vous souhaitez relayer (nouveaux produits, promotions, événements). En la matière, certains jours sont plus propices que d’autres.

– Vous souhaitez étendre le nombre de vos prospects à des cibles non encore exploitées? Adhérez à des groupes soigneusement choisis, et faites-y (habilement) votre autopromotion. Comme cette entreprise italienne, spécialisée dans la vente de matériel de sécurité en mer. Après avoir étudié sa clientèle potentielle, elle a adhéré à plusieurs groupes très ciblés sur le plan du pouvoir d’achat (dirigeants d’entreprise, professions libérales, hommes politiques), de la passion pour la mer en général, et bien sûr de la nationalité. Il ne restait plus ensuite qu’à publier des articles bien conçus sur le thème de la sécurité en mer. Le succès fut immédiat. Il y a plus de deux millions de groupes sur LinkedIn, dans toutes les langues, sur tous les thèmes, de toutes les tailles, ce qui signifie des possibilités de ciblage quasi chirurgicales.

5. J’ai besoin de recruter des talents

Les talents dont vous avez besoin pour votre entreprise peuvent aussi se trouver sur LinkedIn : le choix est illimité et les coûts sans rapport avec les 25% de rémunération annuelle que vous demanderait un chasseur de têtes. Deux façons de procéder :

Exploitez le moteur de recherche de LinkedIn qui s’ouvre à partir de la barre d’outil en haut de votre écran (rectangle blanc avec une loupe). D’un simple clic une fenêtre s’ouvre, cliquez alors sur « recherchez des personnes avec les filtres », par exemple. Profitez des multiples critères de sélection tels que : mots-clés, lieu d’exercice, langues parlées, anciens employeurs etc.

Prenons l’exemple d’un country manager en Chine, dans le secteur de la distribution de cosmétiques : en réalisant la recherche avec mon réseau j’obtiens deux noms, avec le réseau de mon réseau j’obtiens cinq noms, en exploitant le réseau de 3e niveau, je trouve sept personnes supplémentaires. Il faut ensuite refaire la recherche avec d’autres mots-clés comme « directeur général », « managing director » et « business unit manager » pour ne passer à côté de personne. Au total j’obtiendrai 36 profils correspondant à ma recherche. Une fois votre sélection de candidats potentiels effectuée, contactez-les simplement en direct en utilisant les « InMail » :

Bonjour,

Je vous remercie d’avoir accepté mon invitation, votre parcours professionnel m’intéresse. Dirigeants d’une société dans les biotechnologies, je cherche un directeur marketing. Pourrions-nous en discuter par téléphone cette semaine ? Bien cordialement.

– Sollicitez votre réseau en postant une petite annonce sur votre mur, et en demandant qu’elle soit partagée par vos contacts.

Cher réseau,

Je cherche un expert du secteur retail H/F pour rejoindre un cabinet de conseil et monter l’offre retail. Expérience dans le conseil et forte dimension commercial impérative pour réussir ce projet entrepreneurial. Si vous avez des contacts dans le secteur, c’est encore mieux ! Si vous vous reconnaissez, n’hésitez pas à me contacter en MP. Merci à toutes et à tous.

En résumé, LinkedIn est très loin du réseau social au sens de Facebook. Ici pas de mélange des genres, seule l’efficacité compte. Certaines des fonctionnalités de LinkedIn, les plus utiles, tant à titre personnel que pour votre entreprise, nécessitent la souscription d’un abonnement « Premium », décliné en quatre tarifs, de 23,39 à 89,94 euros par mois, selon votre profil (candidat ou recruteur). En dehors de cela, pas d’autre investissement à prévoir, sinon du temps pour acquérir la maîtrise de l’outil (mais il y a aussi des formations spécifiques pour cela). Et un peu de bon sens.

Plus de chroniques de : Elisabeth Giret-Bertrand
L’utilisation de Snapchat dans le secteur du recrutement

L’utilisation de Snapchat dans le secteur du recrutement

Alors que le domaine du recrutement laisse place à l’affirmation de nouvelles tendances, le réseau social Snapchat tente lui aussi de se faire une place dans le secteur. Selon une étude faite par Piper Jaffray en juin, plus de 80% des adolescents américains utilisent l’application : une belle opportunité pour les marques.

Cette opportunité est d’abord exploitée par les marques pour ce qui concerne la pub : selon Make Me Reach et l’IFOP, 61% des utilisateurs ne swipent pas les publicités. Alors peu à peu, la pratique se démocratise chez les marques, qui se mettent à adopter le format vertical. Netflix est un très bel exemple de cette utilisation avec la mise en oeuvre de la première campagne Faceswap print en 2016, qui permettait aux utilisateurs d’échanger leur visage avec celui d’un acteur principal de séries comme Orange is the new black, ou House of Cards. La campagne avait été très bien accueilli par les internautes, qui s’étaient empressés de publier leurs oeuvres.

Faceswap publicité Netflix

Ensuite, les réseaux sociaux et plus particulièrement Snapchat accueille de nouvelles pratiques en matière de ressources humaines et de recrutement, tout en créant et en s’insérant dans les tendances actuelles. Il est important de préciser qu’il existe à ce jour très peu de chiffres ou de données concernant l’utilisation de Snapchat en matière de recrutement. L’une des grosses tendances actuelle est la mise en avant de la culture d’entreprise, ainsi que la recherche de soft skills. Pour miser sur l’authenticité d’une entreprise et la faire connaître à un public plus large que celui qu’elles touchent généralement, les entreprises utilisent Snapchat pour montrer leurs locaux, leurs habitudes et surtout, leurs valeurs. Rien de mieux que de partager la journée type d’un employé pour attiser la curiosité des utilisateurs et leur permettre de se projeter. C’est le cas de Axa Banque et d’Accenture France, deux entreprises françaises qui ont pris le virage du recrutement via Snapchat. À ce propos, Florence Réal, directrice du recrutement d’Accenture France déclare : « Chaque année, en France, nous recrutons 1 000 collaborateurs pour des stages, de l’alternance ou des CDI. Deux nouveaux arrivants sur trois sont de jeunes diplômés. Pour les attirer, il faut de l’authentique. Et nous avons constaté que même Facebook devenait trop institutionnel. Nous avons donc souhaité nous caler sur les usages de nos cibles qui sont de nature curieuse ». Elle ajoute aussi : « Snapchat est intéressant pour les mêmes raisons que Facebook l’était il y a six ans ». Et effectivement, plus de 1000 utilisateurs ont suivi sur Snapchat l’intégration d’Alexandre, un jeune homme fraichement débarqué chez Axa Banque. Une vraie enquête métier vue de l’intérieur.

Snapchat Axa Banque

Pour ce qui est des soft skills, ces compétences de l’ordre du savoir-être et non du savoir faire, les entreprises cherchent aussi à ce que les potentiels candidats les exploitent à travers Snapchat. La plateforme peut en effet permettre d’attirer des jeunes dont les qualités personnelles et humaines seraient en accord avec l’entreprise. McDonalds a contribué à cette tendance en lançant une campagne de masse à l’aide d’un filtre Snapchat qui permettait de se déguiser en équipier. L’entreprise américaine mettaient les utilisateurs au défi d’expliquer en moins de 10 secondes les raisons pour lesquelles ils devraient être embauchés. Le format court rendait obligatoire le fait d’être créatif et direct, tout en permettant de se présenter vite et d’éviter les situations clichés type « Je suis dynamique et motivé ». Grâce à ce canal de recrutement, les soft skills étaient donc sur le devant de la scène. En utilisant Snapchat, McDonalds a aussi su trouver les ressources à leur origine : sur les réseaux sociaux. Parfait pour recruter des jeunes, et ce de manière moderne et originale.

Recrutement McDo sur Snapchat

Selon Lionel Prud’homme, expert en recrutement digital et directeur du LISPE, Laboratoire d’innovation sociale et de la performance économique du Groupe IGS : « Si les entreprises commencent à construire une vraie stratégie sur Snapchat cette année seulement, c’est à mon avis grâce au déploiement des filtres géolocalisés Snapchat lancés en février 2016 ». Il démontre ensuite par l’exemple l’importance de la géolocalisation en prenant le cas d’un cabinet d’avocats de Singapour qui a diffusé un filtre localisé dans le quartier d’un pub très fréquenté par les meilleurs jeunes avocats du coin. On peut rapidement imaginer à quel point les filtres localisés et utilisés sur les salons professionnels ou les campus pourraient être utiles au entreprises en recherche de jeunes talents. Les filtres, qui sont inhérents à l’identité de Snapchat, sont aussi « un bon moyen de sourcing pour s’adresser à un segment très précis ». En recrutement, le sourcingest défini par la recherche et l’identification de talents qui ne seraient pas devenus candidats s’ils n’avaient pas été contacté par une entreprise. Si l’on suit le raisonnement de Lionel Prud’homme, le réseau social Snapchat est donc aussi efficace pour suivre la tendance du sourcing.

Le recrutement via le canal Snapchat peut aussi être un moyen pour les entreprises de montrer qu’elle sait prendre le tournant de la transformation digitale et donner l’image d’une marque moderne et attractive. L’agence parisienne Fred et Farid s’était essayé au recrutement d’un Community Manager sur Snapchat en publiant dans sa story 3 photos à la suite qui décrivait l’offre. Un bon moyen de faire parler de l’agence et de cibler des candidats à la page sur les pratiques du web. Aussi, il est certain que les utilisateurs qui suivent une entreprise sur Snapchat ont, de base, une réelle motivation et un réel partage des valeurs de l’entreprise. C’est encore une manière de qualifier un peu plus son segment. Dans le même genre, Jobmania avait aussi expérimenté l’expérience du recrutement sur Snapchat en postant chaque jour, à la même heure, 3 offres inédites dédiés à des profils étudiants ou juniors. Il suffisait à l’utilisateur de cliquer pour passer à l’offre suivante ou suivre le lien (pour postuler).

Fred et Farid story recrutement

Même si l’irruption de Snapchat dans le domaine du recrutement n’est pas brutal, son arrivée contribue à cette phase de « digitalisation » de certains processus de recrutement, et ce non seulement au sein de milieux du numérique. Si Snapchat souhaite se faire une réelle place dans ce secteur, il va devoir changer son image emplie principalement de fun et divertissement. Ce qui n’est pas chose facile, car cela signifierait prendre le risque de prendre une tranche des consommateurs qui fit parfaitement avec un réseau social sur lequel on peut partager sa géolocalisation avec n’importe qui ou modifier sa voix. Et puis, même si Snapchat relevait le défi, ne perdrait-il pas l’attrait que lui portent justement certaines entreprises actuellement ?

Sources : France Info, Journal du Net et Talentsquare

L’utilisation de Snapchat dans le secteur du recrutement