?php echo do_shortcode( '[breadcrumb]' ); ?
Voici comment transformer vos salariés en ambassadeurs

Voici comment transformer vos salariés en ambassadeurs

L’employee advocacy est une technique de marque employeur qui a pour but de transformer ses salariés en ambassadeurs, notamment sur les réseaux sociaux. Pour réussir sa stratégie, des règles sont à respecter.

Se confronter à la réalité de l’engagement

Sachez avant tout que vos collaborateurs ne sont pas mobilisables sur commande dans des programmes d’ambassadeur. Les statistiques sur les bienfaits de l’employee advocacy inondent le web, mais ceux sur les niveaux d’engagement dans ces programmes restent rares. Ils vous rassureront toutefois quand vous vous confronterez aux résultats de vos campagnes de recrutement d’ambassadeurs.

Le pourcentage de contribution des ambassadeurs embarqués sur les plateformes est lui aussi très variable et dépend directement de la qualité de l’animation de vos populations et des politiques de reconnaissance pratiquées. En général, après un accueil et une phase de découverte enthousiaste, l’engagement initial faiblit nécessairement. Mais même si, après quelques semaines, la moitié seulement de vos ambassadeurs restent actifs sur la plateforme, il faudra le considérer comme un très bon ratio. Les niveaux de contributions sont également assez inégaux.

Conquérir ses ambassadeurs

En matière d’employee advocacy, il est primordial de ne pas embrigader les ambassadeurs. Mieux vaut les laissez venir par eux même. Prenons l’exemple des jeunes diplômés (les fameux millennials), cible théoriquement très importante pour les recruteurs. Nous n’avions pas intégré la réalité de leurs usages sur les réseaux sociaux. Un réseau à finalité exclusivement professionnelle comme LinkedIn par exemple apporte peu en début de carrière et ne s’est pas encore imposé dans leur quotidien. Nous n’en avons donc pas recruté autant que nous l’espérions dans nos programmes. Nous avons dû changer notre fusil d’épaule et entamer une véritable quête des profils les plus naturellement enclins à devenir des ambassadeurs. C’est notre dispositif de conférences-ateliers itinérantes qui nous a permis de trouver notre gisement d’ambassadeurs le plus précieux.

En allant à la rencontre de nos managers (chefs d’établissement, managers fonctionnels) dans toutes nos filiales, nous avons découvert que leur maturité professionnelle, leur attachement à l’entreprise et la qualité de leur réseau professionnel (sur les réseaux sociaux ou en dehors), en faisait des ambassadeurs efficaces et spontanément engagés. Ils se distinguent aujourd’hui également sur notre plateforme de partage. Le cycle de conférences-atelier n’a pas fini son premier tour de France, que déjà nous planifions une tournée internationale ! Nous espérons en apprendre aussi beaucoup sur l’engagement en fonction des pays et des cultures.

S’inscrire dans la durée

Sachez enfin qu’une politique d’employee advocacy vous occupera longtemps.Car comme pour toute communauté, il est nécessaire de maintenir une animation active des ambassadeurs pour entretenir leur intérêt et leur niveau de contribution. Il faudra aussi anticiper la nécessité de les renouveler régulièrement Impossible d’espérer, même de nos ambassadeurs les plus ardents, une contribution soutenue sur le long terme.

Si vous n’avez pas déjà fait l’expérience par vous-même, ces enseignements vous serviront, nous l’espérons, à construire vos programmes d’ambassadeurs sur les meilleures bases. Vous réaliserez rapidement que l’employee advocacy ne se contente pas de profiter de l’engagement de vos collaborateurs ; elle le révèle et, dans une certaine mesure, peut même contribuer à le développer. Pour autant, l’employee advocacy ne révèle absolument pas le “non-engagement”. Et dans le courant d’enthousiasme qui porte ces programmes au sein de nos organisations, c’est un avertissement qu’il faut rappeler avec force. Les collaborateurs qui ne souhaitent pas y participer ou auxquels la formule, pour diverses raisons, ne convient pas, peuvent démontrer leur engagement de beaucoup d’autres manières et qui méritent d’être tout autant reconnues et valorisées.

Voici comment transformer vos salariés en ambassadeurs

Voici comment transformer vos salariés en ambassadeurs

Se confronter à la réalité de l’engagement

Sachez avant tout que vos collaborateurs ne sont pas mobilisables sur commande dans des programmes d’ambassadeur. Les statistiques sur les bienfaits de l’employee advocacy inondent le web, mais ceux sur les niveaux d’engagement dans ces programmes restent rares. Ils vous rassureront toutefois quand vous vous confronterez aux résultats de vos campagnes de recrutement d’ambassadeurs.

Le pourcentage de contribution des ambassadeurs embarqués sur les plateformes est lui aussi très variable et dépend directement de la qualité de l’animation de vos populations et des politiques de reconnaissance pratiquées. En général, après un accueil et une phase de découverte enthousiaste, l’engagement initial faiblit nécessairement. Mais même si, après quelques semaines, la moitié seulement de vos ambassadeurs restent actifs sur la plateforme, il faudra le considérer comme un très bon ratio. Les niveaux de contributions sont également assez inégaux.

Conquérir ses ambassadeurs

En matière d’employee advocacy, il est primordial de ne pas embrigader les ambassadeurs. Mieux vaut les laissez venir par eux même. Prenons l’exemple des jeunes diplômés (les fameux millennials), cible théoriquement très importante pour les recruteurs. Nous n’avions pas intégré la réalité de leurs usages sur les réseaux sociaux. Un réseau à finalité exclusivement professionnelle comme LinkedIn par exemple apporte peu en début de carrière et ne s’est pas encore imposé dans leur quotidien. Nous n’en avons donc pas recruté autant que nous l’espérions dans nos programmes. Nous avons dû changer notre fusil d’épaule et entamer une véritable quête des profils les plus naturellement enclins à devenir des ambassadeurs. C’est notre dispositif de conférences-ateliers itinérantes qui nous a permis de trouver notre gisement d’ambassadeurs le plus précieux.

En allant à la rencontre de nos managers (chefs d’établissement, managers fonctionnels) dans toutes nos filiales, nous avons découvert que leur maturité professionnelle, leur attachement à l’entreprise et la qualité de leur réseau professionnel (sur les réseaux sociaux ou en dehors), en faisait des ambassadeurs efficaces et spontanément engagés. Ils se distinguent aujourd’hui également sur notre plateforme de partage. Le cycle de conférences-atelier n’a pas fini son premier tour de France, que déjà nous planifions une tournée internationale ! Nous espérons en apprendre aussi beaucoup sur l’engagement en fonction des pays et des cultures.

S’inscrire dans la durée

Sachez enfin qu’une politique d’employee advocacy vous occupera longtemps.Car comme pour toute communauté, il est nécessaire de maintenir une animation active des ambassadeurs pour entretenir leur intérêt et leur niveau de contribution. Il faudra aussi anticiper la nécessité de les renouveler régulièrement Impossible d’espérer, même de nos ambassadeurs les plus ardents, une contribution soutenue sur le long terme.

Si vous n’avez pas déjà fait l’expérience par vous-même, ces enseignements vous serviront, nous l’espérons, à construire vos programmes d’ambassadeurs sur les meilleures bases. Vous réaliserez rapidement que l’employee advocacy ne se contente pas de profiter de l’engagement de vos collaborateurs ; elle le révèle et, dans une certaine mesure, peut même contribuer à le développer. Pour autant, l’employee advocacy ne révèle absolument pas le “non-engagement”. Et dans le courant d’enthousiasme qui porte ces programmes au sein de nos organisations, c’est un avertissement qu’il faut rappeler avec force. Les collaborateurs qui ne souhaitent pas y participer ou auxquels la formule, pour diverses raisons, ne convient pas, peuvent démontrer leur engagement de beaucoup d’autres manières et qui méritent d’être tout autant reconnues et valorisées.